Immersion sur le terrain avec Emilie !

Nos équipes sont engagées quotidiennement pour venir en aide aux enfants vulnérables. Découvrez le récit d’Emilie, Chargée des programmes qui s’est rendue en Bolivie. 

camiri_selfie_emilie

  • En octobre 2018, tu es partie en Bolivie dans le cadre de ton poste chez Vision du Monde. Peux-tu nous décrire ton rôle lors de ces voyages sur le terrain 

Je suis Chargée de programmes et je m’occupe particulièrement de la Bolivie et de la Mongolie. Je fais le suivi et la gestion des actions mises en œuvre sur le terrain avec les équipes locales. Partir dans les pays que nous soutenons me permet de voir les choses de façon plus poussée que lorsque je suis à Paris devant mon ordinateur.

Le fait de voir concrètement les conditions de vie des communautés, de discuter en direct avec les équipes, d’interviewer tous les acteurs locaux (autorités, familles, enseignants etc.), mais aussi de visiter les structures soutenues par Vision du Monde permet d’avoir un bien meilleur aperçu des besoins et d’y répondre au mieux.

 

  • Quelle est la particularité de la Bolivie par rapport aux autres pays dans lesquels nous intervenons ?

Chaque pays et même chaque programme est particulier. En Bolivie, ce sont les mairies et les autorités locales qui prennent les décisions sur des sujets tels que la santé et l’éducation. De plus, la Bolivie s’appelle en réalité « l’Etat plurinational de Bolivie », cela représente les différentes ethnies qui sont officiellement reconnues et qui ont leurs propres chefs, et leur propre influence.

Vision du Monde doit donc composer avec le gouvernement, les mairies et ces groupes ethniques pour prendre des décisions et mettre en place des actions.

 

  • Un petit mot sur chacun des programmes de parrainage développés en Bolivie : Camiri et Monteagudo ?

Bien qu’étant proches à vol d’oiseau, les programmes de Camiri et de Monteagudo sont séparés d’une montagne qui crée une grande différence de climat et change radicalement les problèmes rencontrés par les communautés. Cela a donc une influence sur nos actions. Le programme de Camiri a commencé quelques années plus tôt et souffre d’un climat très aride où l’agriculture et l’élevage sont difficiles. L’approvisionnement en eau potable y est un défi. Contrairement à Monteagudo qui est très vert avec de nombreux cours d’eau.

 

  • Peux-tu nous décrire quel lien nous entretenons avec les équipes locales Vision du Monde ?

img-20181028-wa0004

Nous avons de très bonnes relations avec les équipes locales. Le fait que je parle espagnol aide sûrement beaucoup. Les points forts de nos relations, après les visites, sont les rapports annuels que nous recevons tous les 6 mois.

Nous sommes aussi en contact avec l’équipe régionale basée à Santa Cruz et l’équipe nationale basée à La Paz.

 

  • Quelles sont leurs réactions lorsque nous venons leur rendre visite ?

Les équipes sont toujours adorables et ravies de nous recevoir ! Pourtant nos visites leur prennent énormément de temps. Avant notre venue, elles doivent tout organiser et planifier les visites et réunions, les transports, les présentations etc.

Une fois que nous sommes là, elles nous accompagnent des journées entières à nos rendez-vous et répondent avec plaisir à nos questions. Elles nous offrent à manger, préparent de bons repas, à Camiri nous avons même eu droit à quelques chansons traditionnelles à la guitare ! Elles sont reconnaissantes de notre soutien.
Les équipes et les communautés de Bolivie nous ont demandé de nombreuses fois de transmettre leurs remerciements au reste de l’équipe française, aux bénévoles, parrains, donateurs et à tous ceux qui les soutiennent.

Ciro, le responsable des 2 programmes, a d’ailleurs coutume de parler de toutes ces personnes comme des « personas de buen corazon » (personnes au grand cœur).

 

  • Qu’est-ce qui t’a le plus marquée lors de ce voyage ?

De voir tout ce qui a été fait, dans les domaines de l’éducation et de la santé en particulier, les progrès sont notables.

Le manque de revenus des familles impacte tous les aspects du quotidien. J’ai rencontré une femme qui avait dû abandonner ses enfants par désespoir pour aller chercher du travail loin de chez elle. Elle a pu trouver du travail et retrouver sa famille grâce à Vision du Monde. Elle pleurait en me racontant son histoire, à la fois de culpabilité et de reconnaissance, mais tenait à partager son témoignage pour remercier notre association.

De manière générale, la grande motivation et l’immense reconnaissance des partenaires et des communautés sont marquantes. À Camiri, la maire et le recteur nous ont accompagnés pendant une journée entière chacun. Des mères et des pères de famille, mais aussi des adolescents, qui ont reçu l’aide de Vision du Monde, dédient des heures et des heures à faire du bénévolat autour d’eux pour « donner ce qu’ils ont reçu ».

p1100361

J’ai aussi été marquée par ma rencontre avec trois jeunes adultes, anciennement bénéficiaires de nos programmes, à qui le parrainage a permis d’étudier, et qui font désormais partie de l’équipe de Bolivie.

 

 

Merci à Emilie pour ce témoignage riche en anecdotes et n’hésitez pas à découvrir nos programmes en Bolivie et dans le monde !

A très bientôt.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s