Portrait de Jonathan, chargé de programmes au Sénégal – Episode 1

enfants-au-senegal

Des enfants au Sénégal

Jonathan, chargé de programmes chez Vision du Monde, vous raconte son expérience en Service Civique au Sénégal, les projets qu’il a aidés à réaliser là-bas et les missions qu’il effectue désormais au sein de notre ONG.

Pour quelles raisons as-tu souhaité faire un Service Civique ?      

Depuis 2010, le Service Civique a connu un succès rapide et croissant qui m’a incité à m’y intéresser : il proposait de nombreuses  missions au sein d’ONG à l’étranger et dont la description avait de quoi laisser rêveur tout diplômé de relations internationales en quête de sa première expérience de terrain. Derrière le Service Civique, il existe une inséparable notion d’engagement et de don de soi et de son temps au profit d’une cause humaniste et orientée dans le sens du bien commun. Faire un Service Civique était pour moi l’occasion de prouver ma volonté de m’investir dans le sens d’une cause en accord avec mes idées sans l’entrave d’exigences salariales ou de statut. A terme, j’espérais toutefois que le Service Civique serait un tremplin vers une carrière aboutie dans le monde des ONG et, plus largement, celui de la coopération internationale qui me passionne.

A quels projets as-tu participé ?

L’objectif général de mon Service Civique au sein de Vision du Monde était de contribuer à accroître la sensibilisation du grand public aux projets de solidarité internationale.

habitants-communaute-de-diokoul-au-senegal

Remise d’une ambulance aux habitants de Diokoul

Il y a trois grandes catégories de travaux auxquels j’ai participé lors de mes 6 mois au Sénégal :

  • Assister les équipes de terrain dans la mise en œuvre technique des activités planifiées
  • Servir de lien permanent avec le service des Programmes internationaux de Vision du Monde à Paris
  • Produire des contenus multimédia afin de promouvoir nos actions et donner à nos soutiens le moyen de mieux visualiser non seulement les réalisations mais également l’environnement des enfants parrainés

J’ai d’abord passé 3 mois à Paris en amont de mon départ au Sénégal au sein du service Programmes, ayant des échanges réguliers avec le terrain, assurant le suivi des activités et de certains projets sur place.

Peux-tu donner des exemples d’avancées concrètes dans les communautés parrainées qui ont été possibles grâce aux dons des parrains ?

Pour ne parler que du programme de Diokoul que j’ai suivi de très près pendant ces 6 mois, les dons des parrains ont permis un certain nombre de réalisations très significatives pour les communautés.

Dans le domaine de l’éducation :

  • Deux nouvelles « cases de tout-petits» (maternelles pour enfants de 3 à 6 ans) ont été inaugurées. Cela a permis de faire passer le taux de préscolarisation à Diokoul de 0% en 2013 à 13,5% en 2015, une part qui progresse de mois en mois et les ¾ rejoignent ensuite le cycle élémentaire.
  • Depuis 2015, chacune des 17 écoles du programme est équipée d’une boutique scolaire, un espace où les enfants viennent se fournir en fournitures scolaires à moindre frais.
  • Des séances de formation du personnel pédagogique ont pu être délivrées

En matière de santé :

  • poste-de-sante-diokoul-senegal

    Poste de santé de Diokoul

    100% des enfants souffrant de malnutrition aigüe à modérée pris en charge grâce à la mise en place de foyers d’apprentissage, de réhabilitation nutritionnelle et d’éveil, et de greniers d’enfants (espaces de stockage de matières premières destinées à la production de farine enrichie)

  • Un village du programme a pu bénéficier de la création d’un élevage de poulets et petits ruminants
  • La mise en place des tout premiers Comités d’accueil, de veille et d’écoute (de membres de la communauté qui s‘associent). Parmi leurs premiers succès, on peut citer la détection et l’annulation de deux projets de mariages précoces
  • La généralisation des clubs « Aflatoon » (jeunes enfants) et « Aflateen » (adolescents) au sein des écoles, ces groupes visant à responsabiliser les enfants sur les questions de l’épargne et de l’entreprenariat notamment, tout en leur inculquant les valeurs citoyennes qui feront d’eux, demain, des membres à part entière de la société sénégalaise et des artisans de son développement

 

acte-de-solidarite-au-senegal-vision-du-monde

Jonathan et un membre du personnel local

 

Pour ne rien rater de la suite du récit de Jonathan ni de nos futurs articles, inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous souhaitez en savoir plus sur notre association ?

Nos actions pour les enfants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s