La proximité, un élément vital pour la santé des enfants en Afrique.

L’eau potable, source de vie et de santé.

Boire une eau saine est un élément essentiel pour être en bonne santé. L’eau polluée est la cause de diarrhées chez l’enfant, qui peut aussi attraper d’autres infections comme des vers. Ces maladies  mettent leur vie en danger s’ils ne sont pas soignés rapidement.

Source d’eau non potable

Par conséquent donner accès à une eau potable est souvent une des actions menées en priorité sur le terrain. Pour citer un exemple, en 2011  à Mabo au Sénégal une adduction d’eau de 6km a permis à plusieurs villages représentant plus de 2330 personnes d’accéder facilement à une eau potable pour la préparation des repas ou encore la cuisson des aliments.

L’école est aussi un très bon lieu pour apprendre les bons gestes d’hygiène. Ainsi, 21 enseignants ont été formés dans le programme de Diokoul au Mali pour sensibiliser plus de 700 enfants à se laver les mains avec du savon et ceci dès qu’ils rentrent en classe. En prenant cette habitude, les enfants pourront le faire également à la maison et donner le bon exemple à toute la famille !

  

Les bonnes pratiques d’hygiène s’apprennent dès le plus jeune âge

Quand la proximité peut sauver la vie des tout petits.

Les mères doivent souvent parcourir plusieurs kilomètres à pied, sur des voies d’accès chaotiques, pour se rendre dans un centre de santé quand leur enfant est malade. Outre la fatigue causé par la route, la distance fait perdre un temps précieux quand on sait que des symptômes pris en charge trop tard peuvent mettre leurs vies en danger. C’est pourquoi la création de centres de santé de proximité représente un enjeu crucial pour les communautés. La mise en place d’un de ces centres à Mabo au Sénégal a permis à 4500 habitants d’accéder aux soins et vaccinations. La construction d’une maternité a également augmenté le nombre d’accouchements assistés et fait baissé le taux de mortalité infantile.

Soins dans une maternité au Mali

Aliou SAMB, chef du village de Kouthia au Sénégal, témoigne : « La construction de ces sites de santé va aider énormément nos femmes, parce qu’elles avaient d’énormes difficultés pour suivre l’état de santé des enfants. Certaines femmes, contraintes par la distance des lieux de vaccination, n’allaient plus compléter les vaccinations. Aujourd’hui, grâce à la construction de ces sites, elles n’auront plus besoin de se déplacer jusqu’à Dimiskha et tous les enfants peuvent être soignés. » .

Découvrez le portrait de 3 enfants qui attendent encore un parrain :

      Parrainez Ablaye >                  Parrainez Mansour >                 Parrainez Samba >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s