Confidences d’Isabelle, marraine de la petite Maryam

 Le parrainage est une expérience humaine unique. Au Liban, notre programme a débuté en 2009 permettant ainsi à plus de 600 enfants d’être parrainés, créant une communauté de plus de 500 parrains liés à ce pays. Dans le cadre de ce programme, plus de 200 enfants attendent encore d’avoir cette chance !

Isabelle, marraine de la petite Maryam, nous raconte son aventure au cœur du parrainage et sa rencontre avec sa filleule au Liban.

Rencontre entre Isabelle et Maryam à Beyrouth

Le parrainage, un acte qui change deux êtres.

 « C’est précisément parce que je connais le Liban que j’ai choisi de parrainer une petite fille libanaise. J’admire la population de ce pays qui est courageuse et qui essaie de vivre dans la gaité alors que le pays est entrainé dans des guerres qui ne concernent pas les libanais. Dans ce pays de conflits à la place stratégique, la population doit décider par elle-même de son destin, et cela passe par l’éducation. Les familles pauvres n’envoient pas leurs enfants – et surtout les filles – à l’école, et malheureusement il y a une très grande pauvreté au Liban.

Maryam et sa mère dans les rues de Beyrouth

En visitant Maryam en 2010, j’ai découvert combien les bénévoles et les volontaires s’investissent dans des projets concrets, qui demandent en plus de leur temps, de l’énergie. Ce qui m’émeut et donne un formidable espoir à l’avenir de ce pays est qu’au sein de la population, divisée par le communautarisme, se trouvent de nombreux volontaires de différentes confessions qui travaillent ensemble à améliorer le sort de plus démunis qu’eux, sur le plan matériel et intellectuel.

Le fait de rencontrer Maryam, ma filleule, m’a beaucoup rapprochée d’elle et m’a permis de mieux comprendre sa vie, d’appréhender sa réalité quotidienne. Lorsque je pense à elle, je vois son visage, son regard. Maryam fait partie de ma famille, et je reste toujours informée sur la situation au Liban et au Moyen-Orient, car elle y habite. Maryam est devenu un espoir dans ma vie : qu’une petite fille pauvre sans avenir en ait un,

grâce à l’éducation à laquelle elle a désormais accès et qui lui permet de devenir une femme libre et de choisir sa vie. »

L’histoire de cette rencontre à Beyrouth…

« Je suis arrivée à Beyrouth en octobre 2010 encore plus heureuse et émue

que les autres fois que je m’y suis rendue car cette fois-ci une visite à ma petite filleule Maryam était prévue.

La visite avait été préparée par Vision du Monde à Paris et le jour convenu je me suis rendue au siège de Vision du Monde à Mansourieh près de Beyrouth. J’ai été chaleureusement accueillie par Samia, responsable du parrainage, avec laquelle j’ai déjeuné et qui m’a présenté à plusieurs responsables de différents projets au Liban. J’ai été frappée par leur enthousiasme, leur engagement, leur profonde volonté de faire avancer leur projets, souvent difficiles.

Maryam montrant fièrement un cadeau de sa marraine

Nadia, l’interprète, m’a accompagnée à l’antenne locale de Vision du Monde où nous attendaient Maryam et sa Maman. J’ai rencontré une petite fille fine, jolie, pâle, timide à laquelle il a fallu quelques minutes pour me regarder. Son regard était sérieux, limpide et à ce moment j’ai réalisé qu’elle ferait toujours partie de ma vie. Nadia, avec sa chaleur, sa bonté, son savoir faire a jeté un pont d’affection entre cette petite fille qui ne connait encore ni l’anglais, ni le français, et moi qui ne connais pas l’arabe. Maryam a fait traduire à plusieurs reprises le fait que je reste toujours son amie et cela m’a beaucoup touchée. Lorsque nous nous sommes quittées, Maryam m’a embrassée timidement, et sa maman a fait traduire ses remerciements à mon intention.

Cela a été un très beau moment, une rencontre émouvante, et à ma prochaine visite au Liban, j’irai revoir Maryam, ma petite filleule si touchante, dans ce pays fascinant que j’aime tant… »

 Découvrez 1 portrait d’enfant à parrainer :

3 thoughts on “Confidences d’Isabelle, marraine de la petite Maryam

  1. bonjour je suis Jean-yves et je viens de rendre visite à mon filleul Kivara le 18 Avril dernier à Beyrouth. J’ai été très touché par notre rencontre. Ce fut émouvant et l’accueil sympathique. la visite d’une heure et demie fut courte mais intense et les aux revoirs chargés d’émotion. De retour en France j’attend les petites lettres de Kivara qui me donnent du baume au coeur. J’espère retourner au Liban d’ici 2 ou 3 ans pour le revoir grandi et toujours aussi heureux que nous soyons restés des amis fidèles. j-yves

  2. Ping : La belle aventure de l’immersion Liban ! « Blog de l'Equipe Vision du Monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s